Toshio Okada - Mangavore 1997

Monsieur Okada est le principal fondateur du studio Gainax. Il a travaillé sur les Ailes d'Honneamise , Gunbuster, Otaku no Video, Nadia... Il est maintenant une sommité en matière de mangas et d'animations. Il a crée une société du nom de Otaking et écrit un livre sur les Otakus. Il donne aussi des cours à l'université de Tokyo et participe à divers évènements. Il est venu en France avant tout pour prendrede snotes sur les otakus français. A l'écouter il n'a pas du tout été déçu par sa visite à BD Expo. Nous avons profité de sa présence pour lui poser quelques questions.

MANGAVORE : Les studios Gainax sont connus pour avoir créé Honneamise un des plus grands chefs-d’œuvre du dessin animé japonais, mais il paraît qu'à sa sortie en 1987 le film avait été un bide.


Toshio Okada : Honneamise a couté extrêmement cher car sa création a duré trois ans. A sa sortie le film a été un flop et j'étais couvert de dettes. J'ai reçu un grand nombre de critiques et je me suis fait fustiger. J'ai eu beaucoup de mal à reprendre le dessus, à rembourser les dettes et faire des choses qui rapportent. Mais je ne regrette rien car le fait qu'il y ait des hauts et des bas, c'est ce qui me passionne.

MANGAVORE : Maintenant que Gainax est devenu une grosse société, est-ce que cela vous arrive encore de vous impliquer comme à l'époque ?

Toshio Okada : Quand je me lasse de quelque chose, je cherche autre chose d'encore plus passionnant. J'évite de revenir en arrière et puis, depuis que j'ai arrêté, on continue à faire des dessins animés de bonne qualité. Je ne suis donc pas indispensable.

MANGAVORE : Je ne suis pas d'accord, il y a beaucoup d'animation qui sortent au Japon, mais peu ont la qualité d'Honneamise. Que ce soit au niveau du scénario ou des dessins, Honneamise est le type même du produit utilisable dans n'importe quel pays.

Toshio Okada : j'avais 27 ans quand j'ai créé Honneamise et mon équipe avait en moyenne 25 ans. Durant les trois derniers mois de tournage, personne ne rentrait chez lui. On passait nuits blanches sur nuits blanches, c'était épuisant. A cet âge-là, on est compétent, dynamique, et on ne manque pas d'énergie. La création d'Honneamise a duré 3 ans. Les 3 derniers mois ont été un enfer. Je ne pense pas que je pourrai avoir assez de courage et d'énergie pour recommencer une chose pareille. C'est comme Kurosawa quand il était jeune, il faisait des films fabuleux mais maintenant ce n'est plus ça.
Quand on connaît le milieu du dessin-animé, on a l'impression que c'est quelque chose de passionnant. La réalité est tout autre car on doit passer des jours le nez scotché sur une table. C'est pareil pour le réalisateur d'Evangelion, pour lui c'est ce qu'il a fait de mieux. Maintenant il aspire à autre chose. Pour l'instant il ne veut plus faire de dessin animé car il en a marre des fans d'Evangelion qui ne cessent de le harceler. Il vient de réaliser un film (live) tiré d'un livre très connu.

MANGAVORE : Pourtant, à l'époque de Nadia, on pensait que c'est ce qu'il y avait de mieux.

Toshio Okada : Non, non, quand on a fait le premier épisode de Nadia, on s'est dit : "c'est raté, c'est nul ça on va le mettre à la télé". On faisait un épisode par semaine et à chaque fois les dernières minutes étaient jetées à la poubelle. Il y avait à peu près mille personnes qui travaillaient sur Nadia. Quand on faisait un épisode, on y mettait tout notre cœur. En revanche, pour ceux faits par d'autres boîtes, on n'obtenait pas du tout la même qualité. Je pense que dès le départ on aurait créé quelque chose du niveau d'Evangelion. C'est notre final et je ne pense pas que nous réussirons à faire mieux.

MANGAVORE : Mais au fait pourquoi avez-vous créé Gainax ?

Toshio Okada : Au départ on était des copains, fans de séries de Sentaï (Bioman, Sankukaï, Ultraman ...). Pour délirer, on tournait nos propres épisodes. Mais le problème à Tokyo est qu'il fait toujours moche. Soit il pleut soit le ciel est gris. Alors on a décidé de s'enfermer dans un studio pour faire en animation ce que l'on n'arrivait pas à faire en vrai. D'ailleurs si les Eva ressemblent à des hommes c'est un clin d'œil à Ultraman.  C'est entre autre pour ça qu’ils ne peuvent rester brancher que pendant un temps très court. Quand Ultraman devenait géant, il ne pouvait garder cette forme que quelques  minutes.

MANGAVORE : Otaku no Vidéo a bien été créé par Gainax ? Est-ce que c'est votre histoire et celle de Hanno ?

Toshio Okada : Ce serait plutôt notre épitaphe. En fait, on s'est beaucoup inspiré de notre propre histoire. Mais ce n'est pas vraiment cela. On a voulu faire quelque chose pour les nostalgiques des années 80. Otaku no Vidéo devait être notre dernier dessin animé. A cette époque on était sur le point de faire faillite, du coup pour délirer, on a été voir Toshiba qui eux aussi étaient sur le point de fermer et on leur a dit : "Etant donné que nous aussi allons faire faillite pourquoi pas faire quelques choses ensemble ?" Ils ont répondu : "Faites ce que vous voulez". Vu que plus rien ne pouvait sauver Gainax, on a fait un dessin animé sans implication commerciale. On a tous décidé de se faire plaisir en se moquant un peu de nous-mêmes et des fans d'animation. Le hasard a voulu que Otaku no Vidéo soit un immense succès. C'est pour cela que pendant très longtemps cette cassette était introuvable au Japon. Cela nous relancer mais n'a pas empêcher Toshiba de couler.

MANGAVORE : Les fans français sont de grands collectionneurs qui mettent tout leur coeur dans leur passion, est-ce que chez vous c'est la même chose ?

Toshio Okada : Personnellement, je ne supporte pas que l'on ouvre avant moi, un art-book que j'ai acheté. Une fois, j'en avais laissé un que je venais d'acquérir sur une table à dessin. Un collègue a osé l'ouvrir, j'ai fait un scandale. Je lui ai dit : "Comment as-tu pu me faire ça, tu as volé la virginité de mon livre." Actuellement la grande mode au Japon est d'acheter les art-book en trois exemplaires : un pour le lire, un pour conserver dans la bibliothèque et un dernier pour le lire quand le premier sera à la retraite. J'ai un ami qui vient de déménager, il avait quatre tonnes de fanzines ! Normalement les gens disent j'ai 100 mangas ou 50 livres, mais les vrais fans en sont arrivé à compter en tonnes. En terminale, j'avais 160 000 livres, tout compris, sur 66 mètres carrés !

MANGAVORE : Malgré le coût des loyers au Japon, vous aviez les moyens ?

Toshio Okada : A cette époque, ma famille avait les moyens. En fait, tous les cinq ans, mes parents devenaient pauvres. Quand j'étais au collège, ça m'est arrivé de ne rien avoir à manger. Arrivé au lycée, mes parents avaient les moyens ! Ils m'ont dit : "Toshio qu'est-ce qui te ferait plaisir ?" J'ai répondu : "Une grande chambre avec un climatiseur." J'ai eu une grande chambre avec le top du top en matière de climatiseur, genre "clim' de bureau". J'avais l'habitude de me coucher avec un verre de coca. Le matin, en me réveillant, il était à chaque fois congelé. Ma chambre était connue car on disait que c'était celle d'un pingouin. C'est pour cela que dans Evangelion Anno s'en est souvenu et a mis Pen Pen, le pingouin. A cette période, j'habitais Osaka et j'étais très fier car j'étais le type qui avait le plus de livres. Quand je suis allé faire mes études universitaires à Tokyo, je suis rentré dans un cercle et je n'étais que le cinquième. L'un des membres de Gainax qui a vécu en Amérique, a un appartement qui ressemble à un entrepôt de LD. Il en a tant, qu'il avance de profil. Son lit se trouve dans une bibliothèque où il reste une étagère de libre. Il dort courbé et ne bouge pas de la nuit pour ne pas en faire tomber.

MANGAVORE : Dire que quand il mourra toute sa collection partira à la poubelle !

Toshio Okada : Lui encore, c'est rien. J'ai un ami qui habite dans un quartier résidentiel de Tokyo. Sa famille entière est otaku. Le père, la mère, les enfants et les petits enfants. Les parents sont de la première génération d'otaku. Ils sont hyper riches et consacrent chaque mois dix millions de yen uniquement pour s'acheter des mangas. Ils ont fait construire leur maison de façon à entreposer leur collection. Ils ont l'intention d'en faire un musée quand ils seront morts. Les autres membres de Gainax et moi sommes tellement jaloux qu'à chaque fois, on se dit en plaisantant qu'on devrait y mettre le feu. Mais on finit toujours par : "je prendrais quelques trucs avant de brûler la maison." Ce sont eux qui possèdent le plus de choses sur l'animation et le manga. Au fait, les fans français rangent impeccablement leurs mangas !

MANGAVORE : C'est parce qu'en France les mangas et les LD coûtent le double. Un Miyazaki à 9800y (env. 100€) revient à 900 Francs (près de 150€).

Toshio Okada : Oh! Mais pour les Miyazaki ça va changer maintenant que Disney les distribuent dans le monde. Vous allez pouvoir trouver beaucoup de produits dérivés.

MANGAVORE : J'ai du mal à croire aux bonnes intentions de Disney.

Toshio Okada : Disney a repris les titres Miyazaki parce que Mickey et ses joyeux copains ne se vendent pas en Asie. Comme ils veulent progresser en Chine, ils y ont fait des études et les statistiques montraient que ça ne marcherait pas qu'avec du Disney. Par exemple, à la base Roger Rabbit n'est pas un produit Disney, mais ils l'ont intégré à leur catalogue. Ils veulent faire la même chose pour les Miyazaki. Lorsque Ghibli a signé les contrats, leur condition majeure était que Disney ne touchera pas à l'intégrité de l'histoire. La chargé d'affaire de chez Disney n'avait vu que Totoro et il pensait que tous les Miyazaki étaient pareils. Il a alors décidé de distribuer Mononoke Hime qui était en tournage en premier. Quand il a vu le résultat, il est devenu vert (c'est assez violent). Ils sont obligés de le distribuer dans le monde avant la fin de l'année prochaine. Résultat : les responsable (pouf) va être mis à la porte !
{yoogallery src=[/images/stories/special/interviews/toshio-okada-mangavorace-tonkam-1997/01] width=[110]}

Crédits
  • Source : Mangavorace
  • Date : Fin 1997
  • Auteur : Rédac'Chef (mangavorace/tonkam)
  • Autres Infos : Interview retranscrite par hectopussy.
free joomla templatesjoomla templates
2019  Gainax.fr | v4.0