Conférence Gurren Lagann - Japan Expo 2009

C'est à l'occasion de la sortie française en DVD de Gurren Lagann chez Beez que nous avons pu assister lors du Japan Expo 2009 à cette conférence dédiée à cette série avec en invité d'honneur, M. Takami Akai, producteur de la série et co-fondateur du studio Gainax
Conference gurren lagann - Takami Akai


1 - Quels sont vos limites dans l’implication financière ou artistique sur Gurren Lagann en tant que producteur  et comment vous avez abordé la série par rapport à d’autres?

Le rôle d’un producteur dans une série peu se résumer en quelques mots, il doit s’assurer que la série fasse un succès ! Mais parfois, il arrive qu’il n’y ait rien à faire car de toutes manières cette  série ce sera un succès garanti.  Et dans le cas du studio Gainax, les œuvres totalement originales qui ne sont pas adaptées d’un manga comme c’est parfois le cas sont du point de vue économique et artistique beaucoup plus compliqués gérer.

Même si le staff du studio trouve une bonne idée de série, si les sponsors ne l’approuvent pas, le projet lui-même ne pourra pas démarrer ! L’une des premières tâches d’un producteur, c’est  de faire en sorte que les sponsors, les chaînes de télévision bref les gens qui vont participer à la série fassent littéralement partie de l’équipe. Le rôle du sponsor ne se limitant pas juste à financer un projet, Il faut créer un environnement pour que les gens puissent naturellement faire ce qu’ils aiment et que çà marche. En l’occurrence les gens de Konami et Aniplex se considère comme faisant partie de la brigade Gurren !

Hiroyuki Imashi, le réalisateur de la série, occupait ce poste pour la première fois sur une série télévisée, il n’avait aucune expérience auparavant. Kazuki Nakajima, le scénariste, venait du monde du théâtre et n’avait absolument aucun acquis ni aucune expérience dans le milieu de l’animation, ce n’était donc pas garanti que son scénario fasse un succès. Face à cela, forcement les sponsors et les chaînes de télévision  était assez inquiets.

Il fallait absolument persuader ces derniers, littéralement leur faire un lavage de cerveau afin qu’ils acceptent de laisser le staff faire ce qu’il a envie tout en garantissant un succès sans pareil ! Plus l’on disait de choses incompréhensibles aux sponsors et aux chaînes de télévision et plus l’impression leur semblaient bonne et que la série allait forcement déchirer ! Voilà pour le côté financier de la chose.

Artistiquement, le travail d’un producteur, c’est généralement d’essayer d’en dire le moins possible au staff. Etant donné que je suis un artiste et que j’aime dessiner, le problème de mon point de vue de producteur, c’est de ne pas me mettre à critiquer les propos du réalisateur, du character designer, du mecha designer afin de ne pas tuer de nouveaux talents. Même si j’avais des dessins, des idées, mon rôle était de ne pas les proposer pour ne pas imposer ma marque.

2 - En bref, du point de vue financier, le producteur doit être le Fan n° 1 de la série avant même que celle-ci soit produite et qu’ensuite au niveau artistique, se soit quelqu’un qui ne marche pas sur les pieds des talents qu’il a justement engagés et auxquels il croit ?

Oui exactement !

3 – Où se trouve Akemi Ayashi ?

(rire dans la salle)
Akemi Ayashi n’est pas la pour la conférence, elle sera uniquement la pour une séance de dédicaces qui se déroulera samedi.

{yoogallery src=[/images/stories/special/interviews/conference_gurren_lagann/01] }
4 – On voit dans Gurren Lagann que l’animation est travaillée, furieuse, il y a même un peu d’expérimentale avec des crayonnés, des choses très originales, une vrai créativité et l’animation est très fluide  ce qui est assez  rare dans l’animation classique. De ce fait, Gurren Lagann aurait il coûté plus cher que d’autres productions ou cela est du justement au staff qui avait été particulièrement investit pour donner une telle qualité ?

En effet, le budget de la série fut un peu plus élevé que la normale, il arrive qu’il y ai des séries qui se produisent pour beaucoup moins chers et d’autres beaucoup plus cher. Mais l’on peut dire aussi que la qualité résultante provient aussi du staff lui-même et de ses efforts. Il faut savoir que de nombreux animateurs en freelance travaillent à ces projets et étant donné la faible rémunération pour un animateur, ces derniers préfèrent choisir les œuvres sur lesquels ils vont travailler. Ce choix ce fait souvent par la présence d’un réalisateur extrêmement intéressant ou bien parce qu’ils pensent que le projet en lui-même à un certains intérêt et cela permet aussi de récupérer un bon staff.

5 -  Quelle est la toute première étape de la série ?

Dans le cas de Gurren Lagann avant même de toucher au scénario, nous avons mis prsè de 5 ans à préparer le projet. Le point de départ, à l’époque, fut la proposition du PDG d’une des sociétés partenaires de Gainax de réaliser un anime ressemblant à Gundam. Étant donné que nous n’avions pas envie de faire un copier coller de cette série, nous nous sommes alors demandés « Mais au fond qu’est-ce que Gundam ? Qu’est-ce que les anime de robots ? ». Nous avons longuement discuté sur la question. Ce fut assez long, puisque normalement cette étape de pré production prend plutôt 3 ans.

6 – Est il vrai que la série devait compter 52 épisodes au lieu de 27 au final et qu’une suite était envisagé en cas de succès ?

Depuis le début il était décidé de faire 26 épisodes, c'est difficile, voir impossible, d'en faire 52 (aussi bien physiquement que mentalement) Mais il y a vait de la substance, donc ils ont essayé de compresser le tout. Une suite, c'est pas pour le moment, tout le staff se repose car ils se sont donné à fond.
Non, dès le départ, nous avions décidé 26 épisodes. Il est difficile pour Gainax de faire une série de plus de 26 épisodes, physiquement, psychologiquement et financièrement. En effet, Gurren Lagann avait suffisamment de substance pour se faire en 52 épisodes mais nous avons alors tenté de compresser 52 épisodes en 26.

Concernant une éventuelle suite à Gurren Lagann, ce serait une idée mais le staff de la série a absolument tout donné dans cette série. Cela restera impossible tant qu’ils ne diront pas à nouveau qu’ils ont envie de faire du Gurren lagann !

7 – Dans Gurren Lagann, l'histoire est repartie sur plusieurs époques, des personnages  meurent, grandissent et évoluent. C’est assez peu commun dans l’animation en aussi peu de temps. Est-ce plus compliqué à gérer en terme de récit, de production ou est-ce que c’est par peur de rompre avec les habitudes et de déstabiliser le public ?

Effectivement, il y a de nombreuses contraintes, notamment parce que la production d’un anime se focalise principalement sur l’animation. Un character design qui évolue est forcement un contrainte pour les animateurs. Le cœur de la création d’un anime est avant tout la préparation du design des personnages. En général, on se concentre plus sur les dessins que sur le scénario dans l’animation japonaise..

Pour rendre Gurren Lagann quelque chose de différent, nous avions souhaité passer beaucoup plus de temps sur le scénario. De part cette décision, on pouvait penser que les dessins allaient en pâtir mais je pense que même si par endroit la qualité des dessins baisse, la qualité de l’histoire et de l’œuvre elle-même ne baissera pas.  Ce n’était pas prévu mais il se trouve qu’avec un scénario intéressant et grâce aux efforts incroyable du staff de l’animation, non seulement nous avons pu bénéficier d’un bon scénario mais aussi d’une très bonne animation ce qui se ressent sur la qualité globale de l’œuvre. Pour une production animée destinées à la diffusion télévisée, cette manière unique de procéder n’est possible qu’au studio Gainax qui possède un staff absolument prêt à sacrifier son style de vie pour faire ce genre d’animation.

{yoogallery src=[/images/stories/special/interviews/conference_gurren_lagann/02] }
8 – Pouvez-vous nous parler un peu plus du design des Ganmens et du Gurren Lagann ?

A la base, les Ganmens avait été imaginé dans un design comique mais finalement on peut leur trouver un côté classe, les Ganmens ont vraiment un design intéressant!

Pour l’anecdote, Hiroyuki Imashi, le réalisateur de la série, avait l’habitude de faire des dessins un peu comme des gribouillages d’enfants où les mecha faisait un peu penser à des graffitis. Yoh Yoshinari, le mecha designer, a réalisé un incroyable travail afin de réaliser un design de mecha assez réaliste et crédible. Il arrivait qu’il se lamente en disant « ah non !  c’est vraiment trop moche, je peux pas dessiner çà ! » mais avec le recul il ne le regrette pas. Tous les mecha dans Gurren Lagann ont un visage qui permet de mettre en évidence une certaine structure humaine dans ces robots. Il faut savoir que Ganmen en japonais à aussi le sens de visage.

9 –  Le nom de la série est-il venu avant celui du robot ou est-ce l’inverse ?

Le nom du robot est arrivé en premier.

10 – Combien de dessins et de temps a-t-il fallu pour arrivé au résultat final ? Aviez vous réalisé des fiches techniques des personnages ?

Comme précisé précédemment, nous avons commencé par le scénario puis par la création des personnages. Malgré tout au moment de l’élaboration du design des personnages, il arrivait que certaines idées apparaissent et s’intègrent alors à l’histoire.  Au départ, nous avions imaginé de nombreux concept pour Simon. Au bout d’un moment, nous nous sommes retrouvés bloquer au niveau des idées et c’est alors que le character designer à proposé la version finale que l’on connaît avec son regard assez particulier, avec ses grands yeux et ses petites pupilles. Le personnage à commencé à se figer à ce moment là. Pour Yoko, il y aurait eu que 2 ou 3 versions de l’héroïne. A chaque réunion l’on redessiné certains personnages, il arrivait qu’on réalise une dizaine voir une vingtaine de version et dans le cas de Kamina, nous n’avions pas compté le nombre de version. Me concernant, je n’ai vu que les versions officielles fourni lors des réunions.

11 – Pour revenir rapidement sur les mecha eux aussi subisse une évolution. Nous passons de Ganmens au design assez lourd et grossier du type Giant Robot et pour atteindre un design que je qualifierais de post Evangelion. Cette évolution était-elle un clin d’œil à l’évolution du genre mecha à laquelle Gainax a participé ?

Effectivement, il s’agit bien d’un hommage au genre mecha et c’est Hiroyuki Imaishi qui en avait eu l’idée. Les Ganmens ont été imaginé  à l’image des générations de robots allant des années pré 70 avec Tetsujin 28 ou Mazinger Z, des années 80 avec  Gundam ou  Macross et des années 90 avec Evangelion. Et pour la dernière partie de la série nous voulions réaliser quelque chose que personne n’avait jamais vu avant pour la génération suivante. Le thème principal de Gurren Lagann est justement le fait d’être en évolution constante.

12 – Dès  l’épisode 22, on constate que les Anti-spirales sont réalisé en 3D alors que la brigade Gurren est en 2D. Pourquoi un tel choix ?

C'est-à-dire que pour nous la 3D est un peu notre ennemie. Effectivement les techniques que l’on peut obtenir en 3D sont absolument extraordinaires mais l’esprit Gainax reste la 2D.  En pré production de Gurren Lagann, l’idée de faire le Gurren Lagann en 3D nous est venue car il s’agit d’une méthode beaucoup plus sûre et moins risquée. Mais tout le staff de Gainax était en accord sur le fait que les robots devaient être réalisés à la main. Mais je pense qu’avec le temps il faille intégrer de plus en plus de CG et 3D dans les anime.

{yoogallery src=[/images/stories/special/interviews/conference_gurren_lagann/03] }
13 – Dans l’épisode 8, il se passe un évènement impressionnant qui n’hésite pas à briser le cœur des spectateurs qui pour certains l’ont assez mal vécu. N’avez-vous pas eu peur de la réaction du public ?

(La personne qui posa la question évita de spoiler l’histoire mais Takami Akai n’ayant pas réalisé que certains dans la salle n’avaient pas encore vu la série ne va pas se gêner.)

Concernant l’épisode 8, Cet évènement aurait du se passer beaucoup plus tard selon la plupart des scripts réalisé à l’époque. Mais il fallait absolument que çà se passe vite sinon Simon n’aurait pas ressentit le choc de la même manière. L’idée générale de la série fut basée sur la réaction de Simon à surmonter cette épreuve afin de ressentir ce sentiment de perte avant son retour en force.

J’ai reçu plusieurs scénarios de monsieur Kazuki Nakajima ou le dit évènement se produisait beaucoup plus tard et a été obligé de lui demander de l’avancer. Je savais qu’à chaque tentative j’allais être mal reçu de la part de M. Kazuki Nakajima mais je comptais prendre ce risque quitte à perdre le scénariste à ce moment là. Il a finalement accepté à contre cœur malgré que le staff lui-même s’opposé à ce que cela se passe aussi vite.

Il est vrai que les spectateurs ont reçu un choc énorme mais eux en tant que staff ont été les premiers à le recevoir et donc peuvent comprendre certaines réactions et surmonter ce tragique évènement.

(Rires dans la salle après que M. Takami Akai soit informé de la situation)

Crédits
  • Source : Japan Expo 2009
  • Date : 11 juillet 2009
  • Auteur : Otaking
  • Autres Infos : Remerciement à Beez pour son organisation.
free joomla templatesjoomla templates
2019  Gainax.fr | v4.0