Evangelion : World Seifuku Project (Part 1)

Seifuku Evangelion

 

Le World Seifuku Project a enfin commencé et asianbeat vous fait part de l'ensemble du projet. La réalisation de l’uniforme scolaire féminin du Premier Collège Municipal de Tokyo-3 a été supervisée par Yoshiyuki Sadamoto, le créateur des personnages d’Evangelion. Qu’est-ce qui rend ce seifuku si authentique? Nous sommes parvenu à discuter avec M. Sadamoto et M. Aiura, le président de CONOMi – l’enseigne leader en matière de mode et culture seifuku, tant au Japon qu'à l'étranger.


Il ne s’agit pas d’une copie issue de l’anime ou un seifuku de cosplay – c’est un véritable vêtement


asianbeat : Tout d’abord, que ressentez-vous vis à vis de la collaboration sur le World Seifuku Project, liant Evangelion et la boutique de seifuku CONOMi ?

Sadamoto : CONOMi a une réputation de qualité, j'ai pensé que si nous collaborions nous pourrions faire un vrai seifuku EVA – pas seulement un seifuku de type cosplay.

asianbeat : Qu’est-ce qui rend cet article si authentique par rapport autres ?

Sadamoto : La même qualité matérielle et le travail de couture qui sont utilisés pour un vrai seifuku. Il ne s’agit pas seulement d’un costume de cosplay qui dure le temps d’un évènement. Notre produit est caractérisé par une qualité permettant aux adolescentes de le porter à l'école tous les jours et même comme vêtement décontracté.

Aiura : L'échantillon que nous avons amené aujourd'hui a été renforcé au niveau des zones qui souffrent d'usure et de déchirure, comme les plis – qui ont été conçus pour durer trois ans.

Sadamoto : Le seifuku moyen destiné au cosplay a sacrifié la durabilité au profit d’un bas coût. Je savais que je pouvais faire confiance à CONOMi pour faire du bon travail. Cet uniforme est composé d'un haut et d’un bas, donc au premier coup d'œil vous pouvez l’identifier comme un seifuku EVA. Néanmoins, les jeunes filles peuvent le combiner à leur convenance.

Aiura : Pour faciliter l’habillement, il y a un ajusteur au niveau de la taille et une poche qui préserve la silhouette. Nous avons apporté un soin particulier aux endroits les moins évidents.

Sadamoto : Il y a vraiment une poche ! Ce n’est pas seulement esthétique mais également pratique.

asianbeat : A propos de l’authenticité du produit, j'ai entendu dire que la couleur du matériau a été teinte spécialement.

Sadamoto : La gamme colorimétrique du prêt à porter est limitée, et j'ai été étonné par la couleur des fils de l'échantillon que nous avons reçu. Mais grâce à ce processus, nous avons réussi à trouver la couleur que nous voulions.

Aiura : Merci pour le compliment.

asianbeat : Donc vous avez été en mesure d'obtenir la couleur à laquelle M. Sadamoto avait pensée.

Sadamoto : Dans le concept, nous voulions qu'il soit un « authentique seifuku EVA ». En animation, nous dessinons de nombreux cellulos  donc nous devons conserver une certaine simplicité. Cela vaut également pour l’expression des personnages et d’autres détails.
Il est nécessaire de réduire bien des détails lors de la réalisation d’un anime. Mais je voulais inclure toutes les parties abrégées de l'anime Evangelion dans les particularités de notre authentique seifuku afin de le rendre réel. Le concept était de ne pas uniquement se contenter de reproduire le dessin, mais de rendre authentique le seifuku sur lequel l’anime est basé.

asianbeat : Pour manufacturer le seifuku EVA afin de le rendre encore plus réel, vous avez reçu des conseils de la part de M. Sadamoto.

Aiura : Quand on m'a demandé de faire un seifuku EVA, cela représentait un énorme défi. Je serais ravi si les fans EVA pouvaient se rendre compte des moindres détails du seifuku.


Courbes et ligne – Un résultat particulier pour un seifuku attractif.


asianbeat : La couleur est un bleu calme élégant. Il semble que vous soyez particulièrement attentif quand il s'agit de couleur.

Sadamoto : Il y a environ deux ans, j'ai vu le long métrage Flyboys. L’uniforme de l'Aviation Française dans le film avait une teinte particulière de bleu – cela m'a vraiment frappé. Les cols de chemise étaient vraiment bien faits.

Aiura : Oui, notre seifuku s’inspire des uniformes de marin qui ont généralement un plus grand col à l'arrière. Je pense que nous avons réussi à l'exprimer tout en conservant ce côté mignon.


Sadamoto : C’est kawaï, n’est-ce pas ? En hiver, vous pouvez porter un chandail sur le dessus.

asianbeat : A quelle partie de l'uniforme avez-vous été particulièrement attentif ?

Sadamoto : Les lignes, plus que la forme générale. Le tissu fin de la chemise, les lignes et les plis amidonnés, les endroits plus lâches – ces zones sont les parties les plus attrayantes... bien que certains pourraient qualifier cette observation de fétichisme (rires).
Peut-être est-ce parce que je suis pointilleux sur ce qui touche au corps en tant qu’artiste. Quand j'ai commencé à dessiner je faisais des nappes blanches avec des plis précis et des lignes. Peut-être est-ce parce que j’ai dessiné cela que je réagi aux « jolies lignes et aux plis ». Je pense que si vous obtenez le bon tissu, il peut donner l'impression d'être authentique.

Aiura : Le tissu que nous avons utilisé pour les chemises est le même que celui que nous utilisons pour les seifuku réels. Le choix du tissu est d'une importance capitale. La jupe écossaise que porte Mari – le nouveau personnage d’Evangelion – est un tartan écossais tissé. Il n'y a aucune comparaison entre un simple motif imprimé et le vrai tissu tissé.

asianbeat : Dans les projets où vous avez été impliqués, étiez-vous particulièrement attentif au type de seifuku que vous vouliez voir sur un personnage ?

 

Sadamoto : Non, je n’étais pas particulièrement attentif au design. Il s'agit plus d'un moyen de dépeindre un personnage. Certains portent leurs uniformes parfaitement, et d'autres portent leur pantalon taille basse. Mais en alignant les deux types, je peux créer un contraste chez un personnage. C'est comme ça que je l'utilise. Je ne fais pas beaucoup d'anime où toutes les filles portent un seifuku. Il est très difficile d'utiliser le seifuku dans l'animation notamment lorsque la jupe se plisse et ondule tandis que le personnage se déplace. Une fois, j'ai été en charge d'une scène où quatre à cinq jeunes filles portant un seifuku entraient dans un restaurant et s'asseyaient. Il m’aura fallu environ trois jours de travail pour seulement quelques secondes à l’écran. Rien que d’entendre le mot « seifuku » me hérisse le poil.


Superviser le produit fini et trouver « l’équilibre Kawaï »


asianbeat : Pour un animateur, la simple pensée du seifuku semble susciter le sentiment que « ce sera difficile ». En mettant en scène le caractère et les différents styles des filles d’Evangelion, était-ce difficile de faire le seifuku ?

Sadamoto : Très difficile ... là où il fallait trouver un vêtement ample pour Rei et son caractère indifférent, Asuka devait porter quelque chose de plus serré. Ces représentations me sont apparues, pour ce qui convenait à l’une ou l’autre. Lorsque j’ai eu le premier échantillon de CONOMi et vu la forme baggy sur laquelle ils avaient travaillé, ce n'était pas tout à fait abouti.

Aiura : C'était la première fois que nous avons essayé de faire un seifuku d’anime, alors nous avons regardé Evangelion encore et encore. Nous n'avions que des images des personnages comme références visuelles, ce qui a rendu les choses difficiles pour nous.

Sadamoto : C’est vrai. Cela peut sembler correct  à l'écran, mais quand on le porte en vrai c’est différent. C'était juste une question de degré, mais je leur ai demandé de régler les détails.

Asianbeat : M. Sadamoto, vous avez été impliqué dans le projet de bout en bout. Je suppose qu'on pourrait dire que ce fut sous votre supervision totale.

Sadamoto : Il y a eu quelques collaborations où l’on devait vérifier beaucoup d’échantillons. Avec chaque échantillon je faisais des demandes, et le suivant était toujours de meilleure qualité et conduisait à de meilleures idées. J'ai été très heureux.

Aiura : Nous sommes heureux que vous nous ayez donné une telle opportunité.

 

Sadamoto : Cela a été un grand parcours d'apprentissage. Les différences entre un anime et le vrai seifuku porté par les jeunes filles – sa forme, la longueur de la jupe, etc. tout ce à quoi ressemble le seifuku quand il est réellement porté – m’ont fait découvrir tant de choses. CONOMi a la compétence et le savoir-faire pour la fabrication de seifuku. Ce fut amusant jusqu’à la fin. Je suis très satisfait du résultat.

Aiura : Merci beaucoup ! C’est en effet un véritable seifuku EVA de qualité qui peut être porté à l'école et montrant des détails qui ne peuvent pas être exprimés via un anime. Je suis impatient de voir qui va profiter de ce vêtement.

 

{yoogallery src=[/images/stories/special/interviews/seifuku-eva/01]}

 


 

Crédits
  • Source : Sekai-seifuku
  • Date : 24 janvier 2013
  • Auteur : Asianbeat
  • Autres Infos : Interview réalisée le 28 décembre 2010 et traduite par Code G².
free joomla templatesjoomla templates
2017  Gainax.fr | v4.0