Shigeto Koyama - FanimeCon 2012

À la convention FanimeCon de 2012, j'ai eu l'occasion d'interviewer l'animateur et illustrateur Shigeto Koyama. Il est connu pour avoir travaillé notamment sur Heroman, Panty & Stocking with Garterbelt et plus récemment Eureka Seven AO. Ci-dessous, nous abordons sa percée dans le milieu, ses travaux et ce que fut sa collaboration avec Stan Lee.


Hiroyuki Yamaga - FanimeCon 2012

 

NR : Que pensez-vous de la convention FanimeCon ?

Koyama : Elle est très amusante !

 

NR : C'est votre deuxième passage à FanimeCon, n'est-ce pas ?

Koyama : En effet.

 

NR : Comment avez-vous percé dans le milieu de l'animation ?

Koyama : C'est assez complexe (rires). J'ai débuté dans la conception de produits, lors de mes études en école d'Art. À l'époque, je faisais de l'infographie 3D. Au bout d'un moment, j'ai commencé à ressentir les limitations de la 3D par rapport à ce que je voulais créer. Cela a débuté quand j'ai vu l'anime Neon Genesis Evangelion (l'original). Ça m'a tellement marqué que je voulais faire un dôjinshi (bande dessinée amateur) pour montrer à quel point j'appréciais ce titre. Néanmoins, à l'époque, je n'avais encore jamais dessiné. Donc je n'ai pas pu en faire un (rires). Alors, à la place, j'ai collaboré avec un ami pour créer sur un Mac une vidéo promotionnelle afin d'exprimer mon amour pour cette série. Puis quelqu'un, qui finira par devenir mon patron, a vu la vidéo – a pensé qu'elle était intéressante – et m'a dit de me mettre au dessin. Ils m'ont emmené dans leur bureau, m'ont montré un dessin afin que je le reproduise. Je l'ai fait et plus tard ils l'ont présenté dans un magazine. Voilà ce qui a fait débuter par accident ma carrière d'illustrateur professionnel.

 

NR : Vous avez donc commencé en tant qu'illustrateur avant de rejoindre l'animation?

Koyama : Ouais, mais là aussi il y a une autre histoire derrière cela. Lorsque je dessinais des personnages, je ne ressentais aucun lien avec eux. J'étais convaincu qu'ils devaient avoir une histoire propre pour que je puisse ressentir ce lien. Bien sûr, pour écrire une histoire, il faut dessiner un manga. Je me suis donc exercé au dessin de manga puis je me suis dit « tu sais quoi ? Les histoires, ce n’est pas ton truc. » À ce moment-là, je pensais « bon sang, je suis un incapable ! » C'était assez gênant. Plus tard, j'ai reçu un appel de Yoshiyuki Sadamoto lui-même, pour aider à la conception de Die Buster (Top o Nerae 2!). Pour moi, Sadamoto était un mentor et mon influence principale. De plus, je voulais également travailler avec M. Tsurumaki qui était le réalisateur de Die Buster. Si je ne peux ni illustrer, ni dessiner de manga, qu'est-ce que je peux faire d'autre ? L'animation !

 

NR : Heroman fut une collaboration entre Stan Lee et le Studio BONES, dans lequel vous occupiez un poste. Comment c'était de travailler avec quelqu'un tel que lui ?

Koyama : On s'est assez bien entendus dès le départ. Au début, Heroman était géré par Stan Lee et M. Minami (le Président du Studio BONES). La première chose à faire lorsqu'un nouvel anime est sur les rails est de trouver un réalisateur ; mais dans le cas d'Heroman, M. Minami voulait d'abord travailler sur l'aspect visuel. C'est à ce moment-là qu'il m'a contacté, alors que nous étions en train de travailler sur le premier Eureka.

 

NR : Cela signifie qu'Heroman a été en développement bien avant sa première diffusion.

Koyama : Il a fallu quatre ans de travail avant la diffusion, je crois. C'était un projet auquel M. Minami tenait beaucoup. Il a vraiment rassemblé une grosse équipe et énormément de storyboards ont été créés pour ce projet.

 

NR : Eh bien, le résultat était très réussi !

Koyama : Merci beaucoup.

 

NR : Y a-t-il d'autres artistes que vous appréciez, ou que vous admirez ?

Koyama : Japonais ou non ?

 

NR : Peu importe.

Koyama : Il y en aurait trop à lister ! (rires)

 

NR : Très bien, laissez-moi vous posez une autre question. Aimeriez-vous travailler dans les comics ou l'animation américaine ?

Koyama : Si j'en avais l'occasion, j'aimerais le faire.

 

NR : Vous avez des préférences ?

Koyama : Probablement Marvel ou DC.

 

NR : En parlant de Marvel, est-ce que vous avez déjà vu The Avengers ?

Koyama : Non. Comme il n'est pas encore sorti au Japon j'aimerais le regarder ici avant de rentrer, si j'ai le temps.

NR : Faites-le ! D'autant plus que la version américaine a des scènes supplémentaires.

Koyama : Vraiment ?! Je suis obligé d'y aller, maintenant.

 

NR : Pour revenir à l'interview, est-ce que vous avez eu des moments difficiles pendant la conception ou la composition de vos travaux ?

Koyama : Lors de mon premier projet (Die Buster), comme je n'avais aucune expérience de design à l'époque, il m'a été difficile de concevoir les mechas tout en apprenant comment le faire. Plus récemment, la combinaison de test que porte Asuka dans le second film Rebuild of Evangelion était difficile à imaginer. Parce qu'Evangelion est une série tellement spéciale pour beaucoup de gens, les combinaisons des pilotes sont un élément quasi-sacré – aussi bien pour les fans que pour le milieu. Ils connaissent son rôle et son apparence. Élaborer un design amélioré a impliqué beaucoup de pression et a demandé beaucoup de temps et d'efforts.

 

NR : Passons à Panty & Stocking with Garterbelt, un projet de Gainax qui a été grandement influencé par l'animation et le style occidentaux. Est-ce qu'il a été difficile pour le studio de s'adapter à des méthodes et des graphismes aussi différents de l'animation japonaise habituelle ?

Koyama : Pour ce qui est de Panty and Stocking, j'étais présent lorsque M. Imaishi et l'équipe principale faisaient "the location planning". On voyait bien qu'ils aimaient tous les dessins animés occidentaux. Donc ça n'a pas été particulièrement difficile pour eux. Mais cela l'a été pour les autres intervenants qui ne connaissaient pas autant les dessins animés occidentaux, et encore moins l'animation qui va avec. Il leur a fallu transgresser des règles de l'animation japonaise, ce qui n'a pas du tout été évident pour eux.

 

NR : Est-ce que vous avez voulu cibler un public occidental avec Panty and Stocking ?

Koyama : On ne cherchait pas particulièrement à plaire à un public occidental. Bien sûr cela serait une bonne chose que ce public l'apprécie, mais nous voulions le faire parce qu'il n'y avait rien de comparable à Panty & Stocking with Garterbelt au Japon. Surtout au niveau de l'humour noir du programme, qui n'existe pas vraiment au Japon. Comme l'animation japonaise est souvent très détaillée, nous avons choisi, avec ce style, de semer la zizanie en allant à l'encontre de toutes les règles établies.

 

NR : Cela étant dit, y a-t-il des animes que vous suivez actuellement ?

Koyama : Ma réponse pourrait vous sembler bizarre, mais lorsque je travaille sur un anime j'ai vraiment du mal à en regarder d'autres, parce que j'ai tendance à me laisser influencer par eux. Comme si je devais faire mieux. Cela étant dit, après avoir fini Star Driver il y a eu une période durant laquelle je n'ai travaillé sur rien donc j'ai regardé THE IDOLM@STER – sur lequel mon bon ami Atsushi Nishigori a travaillé – et Nichijô. Mais depuis l'année dernière, je n'en ai pas suivi.

 

NR : Pour finir, avez-vous des choses à dire à vos fans en Amérique ?

Koyama : Ce que j'apprécie chez les fans américains, c'est que leur amour pour l'animation concerne tout aussi bien les classiques que les dernières nouveautés. J'aimerais qu'ils continuent à soutenir les anciennes œuvres tout comme les nouvelles, évidemment.

 

NR : Merci de nous avoir accordé de votre temps. C'était un plaisir.

Koyama : Merci !

 


Crédits Source : NerdReactor.com
Date : 15 juin 2012
Auteur : Kansta
Autres Infos : Traduction de l'anglais vers le français réalisée par Ruzgfpegk & Code G²
free joomla templatesjoomla templates
2017  Gainax.fr | v4.0